Bulgarie : émoi après le décès du journaliste Milen Tsvetkov

Le 19 avril 2020 vers 18h00, alors que l’animateur-télé Milen Tsvetkov conduisait son véhicule personnel et venait de s’arrêter au feu rouge situé près du centre commercial Paradise de Sofia, un SUV noir l’a percuté à pleine vitesse à l’arrière, le tuant sur le coup. Le journaliste, âgé de 54 ans, était célèbre notamment pour avoir animé un talk show à son nom (« Tchasat na Milen Tsvetkov »/L’heure de Milen Tsvetkov) diffusé sur Nova TV de 2011 à 2018, puis à partir de mars 2020 l’émission « Alternative » sur TV1. Il était également connu pour la croisade qu’il menait depuis plusieurs années contre une partie des élites bulgares, qu’il s’agisse des dirigeants politiques ou des « nouveaux riches », dont l’origine de la fortune suscite toujours quelques interrogations.

Le conducteur à l’origine de l’accident, Kristian Nikolov, âgé de 22 ans, était sous l’emprise de l’alcool et de substances stupéfiantes, une situation qui a révolté les fans du journaliste. K. Nikolov a été placé en détention provisoire pour homicide involontaire. Il a déclaré vouloir aider les enquêteurs et les procureurs dans leurs investigations. Une partie de l’opinion publique conteste la qualification juridique de l’affaire, arguant que le comportement de l’auteur mérite qu’il soit poursuivi pour homicide volontaire.

Dans le véhicule à l’origine de l’accident se trouvaient deux passagers, la petite amie du conducteur et le fils du député Lachezar Ivanov. Tous deux sont poursuivis pour avoir « dissimulé la vérité » et ont été libérés après versement d’une caution de 10 000 leva (soit 5 111 euros) chacun.

Au cours des jours suivant le drame, des veillées silencieuses ont été organisées devant les tribunaux de Sofia, Plovdiv et Bourgas, afin d’honorer sa mémoire. En peine pandémie, les masques chirurgicaux des participants ont été symboliquement retirés, afin que les visages des participants soient bien visibles et expriment leur douleur. Ces rassemblements se sont rapidement transformés en bruyantes tribunes, au cours desquelles a été demandée une enquête impartiale. Certains suggèrent que ce drame favorise le vote d’une législation sanctionnant plus durement la conduite en état d’ébriété ou sous l’emprise de stupéfiants.

Sources : Nova TV, Dnevnik, DW, Svobodna Evropa.

0