Bulgarie : la rue soutient son Président et exige le départ des « moutri »

La Bulgarie est actuellement en proie à des règlements de compte politiques qui font réagir les citoyens. Le 9 juillet 2020, deux des conseillers du président Roumen Radev (personnalité soutenue par l’opposition socialiste) ont été arrêtés, l’un pour trafic d’influence et l’autre pour compromission ; leurs bureaux situés au sein même des bâtiments de la présidence ont été perquisitionnés à la demande du Parquet général. Or, le procureur général Ivan Guechev est honni par une partie de la population pour n’avoir pas poursuivi l’oligarque Deyan Peevski dans l’enquête portant sur la faillite de l’établissement bancaire KTB (2014). Le procureur est soupçonné d’être à la solde de D. Peevski et du Premier ministre Boyko Borissov (Centre droit). En effet, ce dernier avait soutenu I. Guechev lors de son élection au poste de procureur général (novembre 2019).

En réaction à ces perquisitions, perçues comme des attaques personnelles à l’encontre du Président, un rassemblement de soutien baptisé « Sauver la démocratie » a été initié par trois animateurs d’Evrocom (Velislav Minekov, Nikolay Hadjigenov et Arman Babikyan). Répondant à l’appel, plusieurs milliers de Sofiotes se sont réunis devant la présidence alors que les investigations judiciaires s’y poursuivaient. Parmi eux, de nombreux mécontents, des opposants à B. Borissov, des sympathisants du Parti socialiste ou des citoyens se disant simplement désabusés par les intrigues du pouvoir en Bulgarie. R. Radev est sorti à leur rencontre et leur a déclaré que c’était désormais à eux de « сhаssеr lа mаfiа » du pоuvоir еxéсutif et du Pаrquеt. La foule a longuement acclamé le Président, avant de hurler à plusieurs reprises « moutri veun ! » (les moutri, dehors !) : les moutri (les « gueules ») désignent les membres de la criminalité organisée postsocialiste aux visages patibulaires, ainsi que leurs associés dans le monde politique et économique.

Le rassemblement s’est ensuite transformé en manifestation, le cortège marquant un arrêt devant le Palais de Justice, avant de se disperser sans incident, une fois arrivé devant le bureau du Premier ministre dont la démission a été demandée par la foule.

Le 10 juillet, un nouveau rassemblement a été organisé devant la présidence en soutien à R. Radev. Les participants ont ensuite manifesté en cortège dans le centre-ville de la capitale. Une contre-manifestation a été organisée simultanément par des partisans du GERB (parti de B. Borissov).

À 150 km de là, des centaines de personnes se sont également regroupées devant les bâtiments de la mairie de Plovdiv en scandant aussi « Moutri veun ! »

Une partie de plus en plus importante de l’opinion publique bulgare souhaite le renforcement de la lutte contre la corruption et le trafic d’influence, non seulement dans la sphère politique, mais aussi le monde des affaires.

Sources : bTV, Nova TV, Dnevnik, Mediapool, 24 chasa.

0