Bulgarie : l’intégration sociale des populations roms est-elle possible?

En octobre 2020, la Fondation Friedrich Ebert (FFE, associée au Parti social-démocrate allemand) rendait public un rapport intitulé L’(im)possible intégration des Roms : spécificités démographiques, consacré à l’évolution récente de la minorité nationale rom en Bulgarie. Le rapport avance que les membres de cette communauté représenteront plus d’un million de personnes en 2050 (contre 720 000 en 2015). Cette estimation a été largement relayée par la presse nationale, prenant le pas sur l’essentiel du contenu de ce rapport, à savoir la réponse à la question « les Roms sont-ils intégrables ? », sujet particulièrement sensible dans le pays.

Les auteurs de l’ouvrage, des géographes, concluent leurs travaux en indiquant que cette intégration est possible – en Bulgarie comme ailleurs – lorsque l’État et les collectivités locales travaillent ensemble, en s’appuyant sur le tissu associatif pour faire le choix d’une politique plus inclusive, impliquant les Roms. Depuis plusieurs années, l’Espagne a choisi cette voie. En France, les villes de Bordeaux et d’Autun ont également expérimenté plusieurs dispositifs inclusifs avec succès).

Pour l’heure, c’est à Straldja (district de Yambol), en Bulgarie, que la politique d’intégration des familles roms semble être le plus efficace : elle repose sur la forte implication de certains membres de la communauté rom et fait figure de modèle.

Le rapport souligne que des efforts importants doivent être entrepris pour éduquer les membres de la communauté rom et leur permettre de s’adapter davantage au marché de l’emploi. Il s’agit d’investissements de long terme et l’une des pistes proposées est d’associer les employeurs à cette action éducative, en leur montrant qu’investir massivement dans l’intégration de cette population est le gage de la future prospérité économique de leurs entreprises et exploitations.

L’ensemble de ces conclusions confirme la pertinence des travaux du Centre d’information et de recherches sur les Balkans (CIReB), portant sur le suivi de la migration des familles de saisonniers roms bulgares originaires du district de Pazardjik à Moissac (2017-2020). En effet, depuis 2018, le CIReB a alerté sur l’investissement nécessaire dans l’éducation et la formation de ces populations sédentarisées dans la ville uvale, et a signalé l’intérêt des dispositifs de politique sociale inclusive mis en œuvre à Straldja.

Sources : Portail de la FFE, Rapports 2018, 2019 et 2020 du CIReB, Sega, BTA.

0