Estonie : feu vert pour la venue de travailleurs ukrainiens

La Chambre d’agriculture et de commerce estonienne va affréter un vol charter aller-retour afin d’acheminer des travailleurs ukrainiens, a affirmé son président Roomet Sõrmus. Ce premier vol devrait lier Kyiv à Tallinn avant la fin du mois de juillet.

Les entrepreneurs intéressés par cet apport de main-d’œuvre devaient se signaler avant le 15 juillet, sachant que le secteur privilégié pour cette intervention est l’agriculture et que… le premier vol semble déjà plein. Le détail est d’importance puisque le pris du billet dépend du taux d’occupation de l’avion (il ne devrait toutefois pas excéder 350 euros).

Les travailleurs ukrainiens ayant signé des contrats dont la durée est inférieure à 90 jours se voient exempter de visa mais ne peuvent se rendre en Estonie que sur vol direct.

Cette initiative est rendue possible par le fait que le gouvernement estonien autorise depuis le 6 juillet la venue de travailleurs étrangers si l’employeur prend en charge la procédure de test au Covid-19 lors de l’arrivée à l’aéroport, puis une nouvelle fois après 14 jours de quarantaine.

Le taux d’infection au Covid est de 25/100 000 actuellement en Ukraine, ce qui explique l’interdiction de vols réguliers entre les deux pays. Le ministère estonien des Affaires étrangères recommande en effet d’éviter les voyages internationaux dans les pays d’Europe où le taux de contamination est supérieur à 16/100 000.

Répondant à une demande forte et saisonnière liée aux travaux agricoles, l’initiative de la Chambre d’agriculture et de commerce intervient dans un contexte où la question de la présence de travailleurs étrangers sur le marché estonien est, plus que jamais, sujet de débats. Il y a quelques jours, la conseillère économique du Premier ministre estonien, Natalja Viilmann, déclarait que l’Estonie ne devait pas tomber sous la « dépendance » du recours aux travailleurs invités alors que les prévisions font état d’un taux de chômage de 12-13 % d’ici la fin de l’année.

 

Sources : EER.ee, Postimees, The Baltic Course.

1+