Hongrie – Ukraine : nouvelles tensions diplomatiques

À l’issue des élections locales qui se sont déroulées le 25 octobre 2020, et sans préjuger des résultats définitifs qui seront connus dans quelques jours, il apparaît que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a essuyé un revers cinglant au plan national (son parti a perdu sa position de leader). Mais ce retournement n’est pas la seule conséquence de ce scrutin.

En effet, il a aussi été à l’origine de nouvelles tensions entre l’Ukraine et la Hongrie. Cette dernière est accusée par Kiev d’ingérence, et notamment d’avoir soutenu ouvertement certaines formations, telles que la Fédération culturelle hongroise de Transcarpatie (KMKSZ). Kiev a d’ailleurs récemment interdit l’entrée de son territoire à deux hauts responsables hongrois, dont le Secrétaire d’État du cabinet du Premier ministre. L’objectif de cette mesure était de limiter l’influence politique de ces deux représentants sur le vote de l’électorat de la minorité hongroise d’Ukraine, installée à proximité de la frontière.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a révélé publiquement cet incident le 26 octobre lors d’une interview accordée à Interfax Ukraine. Son ministère a entamé des procédures visant à interdire l’entrée de son territoire à d’autres ressortissants hongrois, également soupçonnés d’ingérence pendant la période de campagne. Enfin, il a informé l’OSCE de ces mesures et de leur motivation.

Dès le lendemain, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a déclaré que le motif invoqué par Kiev lui apparaissait à la fois « pathétique et absurde ». Budapest menace désormais de s’opposer à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN.

Pour l’heure, la Commission européenne reste prudente, suggérant que ces récentes tensions « devraient être résolues bilatéralement ».

Sources : Antena 3, Euractiv, Reuters, Interfax-Ukraine.

1+