Lituanie : des commémorations de la restauration de l’indépendance un peu gâchées

Par Céline Bayou (sources : Delfi.lt, ELTA, LRT)

Le 11 mars, la Lituanie a célébré les 26 ans de la restauration de son indépendance, proclamée le 11 mars 1990. La Président Dalia Grybauskaitė a déclaré à cette occasion que son pays peut se féliciter d’avoir fait depuis un bon par rapport à la plupart des autres Etats de l’espace post-soviétique. Si les quinze pays ont eu, depuis le début des années 1990, l’occasion de faire des choix et de construire leur avenir, les performances des uns et des autres ne sont pas forcément comparables. En 26 ans, a-t-elle précisé, le parcours de la Lituanie en termes de consolidation économique et sécuritaire est incomparable avec celle de pays comme l’Ukraine, la Géorgie ou la Moldavie… Et, selon la chef de l’Etat, la posture de son pays est bien plus élevée sur la scène internationale que ne le pensent la plupart des Lituaniens. Toutefois, cette tendance à l’autocritique qu’elle attribue à son peuple serait sans doute une des raisons de sa performance: «Je nous souhaite à tous de rester critiques envers nous-mêmes à l’avenir parce que ce sera le meilleur moyen d’atteindre le meilleur le plus vite possible. Et tous les autres comprendront alors le mal que nous nous donnons et que nous sommes courageux et savons nous battre

Pour célébrer cette journée, le pays avait déployé partout ses drapeaux, jusque sur certains feux de signalisation de Vilnius, dont les couleurs ont été momentanément inversées pour figurer le symbole national.

Mais, au milieu de la fête et des défilés, quelques slogans sont venus troubler la joie des manifestants: «La Lituanie aux Lituaniens », «Le bon sens nous prévient: la confiance aveugle dans l’UE nuit à la santé» ont scandé quelques nationalistes rassemblés près du bâtiment du gouvernement. À Kaunas, ce sont des ultranationalistes brandissant des croix gammées qui se sont rassemblés à proximité d’un site où furent massacrés, en 1941, des milliers de Juifs.

À Vilnius, un homme seul est venu défier les nationalistes, tenant un drapeau bleu et blanc orné de l’étoile de David: «Les Juifs et la Lituaniens vivent ensemble depuis des siècles, alors continuons à le faire, continuons à apprendre les uns des autres et souvenons-nous de ce qu’il y a eu de bon, sans oublier le mauvais que nous tenterons d’éviter. Mais ce qui se passe ici, à mon avis, est une honte!», a-t-il déclaré aux médias.

0