Loin de Moscou, la Lettonie et le Tatarstan veulent renforcer leur coopération

Par Céline Bayou (sources : Telegraf.lv, The Baltic Course)

Alors que les autorités russes et le président russe Vladimir Poutine en personne insistent sur leur volonté de se passer totalement, dans un avenir proche, des services offerts par les ports baltes, le président du Tatarstan semble avoir d’autres plans: en visite officielle à Riga, Roustam Minnikhanov vient de déclarer aux médias qu’il comptait sur les ports lettons pour développer des projets de coopération.

Ces propos ne peuvent que réjouir le ministre letton de l’Économie, Arvils Aseradens, qui a de son côté rappelé que les sociétés lettones de logistique portuaire seront ravies d’accroître leur coopération avec le Tatarstan, notamment dans le cadre du développement industriel et pétrolier de la République russe. Mieux encore, selon le ministre, les entreprises tatares devraient envisager d’ouvrir des usines de production en Lettonie et d’utiliser cette localisation comme base de leurs exportations vers les marchés du reste de l’Union européenne. Qu’il s’agisse des domaines de la finance, de l’industrie textile, de l’éducation ou du tourisme, les opportunités de coopération sont nombreuses, selon A.Aseradens. Pour Uldis Augulis, ministre letton des Transports, les ports nationaux pourraient offrir au Tatarstan des opportunités de sortie d’autres produits, outre le pétrole et les produits pétroliers: ils sont équipés pour traités des produits chimiques, plastiques, métalliques, agricoles, ainsi que des machines et des produits de la filière bois. U.Augulis a lui aussi invité les entreprises tatares à envisager d’investir directement dans le pays afin de profiter des opportunités offertes par les ports libres et les zones économiques spéciales.

Cette visite du président du Tatarstan atteste le sérieux des projets évoqués. R.Minnikhanov n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que la Lettonie lui semble une base intéressante pour accéder aux marchés communautaires ce qui, actuellement, n’est pas une chose facile pour les entreprises russes. Le Président s’est clairement désolidarisé des propos tenus par les autorités russes concernant l’avenir des ports baltes: pour le Tatarstan, il n’est pas question de s’en divertir, alors qu’une part notable des exportations tatares transitent par les ports de Lettonie et que ces derniers donnent toute satisfaction. La production pétrolière de la République augmente et R.Minnikhanov compte bien sur ces infrastructures pour augmenter les ventes aux clients européens. Le port de Riga, en particulier, offre des tarifs particulièrement attractifs. Or, en 2015, le montant des échanges commerciaux entre le Tatarstan et la Lettonie serait passé à 460 millions de dollars, contre 1 milliard les années précédentes.

Interrogé sur sa démarche, qui détonne avec le contexte de refroidissement des relations russo-lettones et de sanctions à l’œuvre entre la Russie et l’Union européenne, le président tatare a répondu que les questions politiques sont traitées au niveau fédéral, tandis que les hommes d’affaires, eux, se doivent d’émettre des signaux positifs quant aux échanges économiques. C’est le sens de sa visite en Lettonie, a-t-il conclu. L’agence russe de presse Regnum, elle, y voit un signal encore un peu plus fort: cette visite de R.Minnikhanov à Riga équivaut à une déclaration d’indépendance du Tatarstan vis-à-vis de la Fédération de Russie, estime l’agence.

0