Pologne: les vertus cachées de la bière

La bière est sans conteste la boisson alcoolisée la plus prisée en Pologne. Il suffit d’observer les terrasses des cafés, qui envahissent les rues et les rynek (place du marché) à l’arrivée des beaux jours. Zywiec, Tyskie, Okocim… Les marques nationales se font concurrence sur les verres à bière et les parasols. Désormais, la consommation de bière pourrait se faire en dehors des lieux publics, et sous une forme nouvelle. Que diriez-vous d’un bain de bière relaxant dans les sous-sols d’un château en ruine ?


Un Polonais boirait chaque année environ 80 litres de bière. En 2006, son pays représentait le cinquième marché d’Europe pour cette boisson et le dixième au niveau mondial, avec un taux de croissance moyen de 3 à 5 % par an, soit bien au-delà de la moyenne de l’Union européenne. En 2005, les brasseries polonaises ont vendu environ 7 % de la production européenne en volume. Les brasseries Zywiec (détenue par Heineken), Kompania Piwowarska avec ses marques Lech, Tyskie et Zubr (SABMiller), ainsi qu’Okocim (Carlsberg) se partagent à elles seules 85 % du marché.

La brasserie Okocim fut fondée en 1845 et n’a cessé de croître tout au long de son existence. Située à Brzesko, en petite Pologne (Sud-Est), l’établissement représentait déjà au début du 20e siècle le cinquième producteur de bière de tout l’empire austro-hongrois. Nationalisé après la Seconde Guerre mondiale, il fut mis sur le marché à partir de 1990 en vue d’être privatisé, et la firme danoise Carlsberg en devint le principal investisseur stratégique en 1996. Cinq ans plus tard, Carlsberg acquit la brasserie dans son ensemble. Le complexe industriel subit une grande refonte entre 2001 et 2004, faisant d’Okocim à la fois la plus ancienne et la plus moderne des brasseries du groupe Carlsberg Polska, et l’une des marques leader du marché de la bière polonais. Le groupe danois possède en outre les marques Harnas, Karmi –bière spécialement conçue pour les femmes-, Kasztelan, Bosman et Piast. En 2004 la production de Carlsberg Polska dépassa le seuil des deux millions d’hectolitres annuels.

Le premier spa de bière polonais 

C’est donc à Brzesko, terre natale d’Okocim, que pourrait ouvrir d’ici trois ans le premier «spa de bière» du pays. Le fondateur de la brasserie, le baron allemand Jean Evangelist Götz, originaire de Wirtemberg, installa sa résidence personnelle autour de l’établissement, qui fut repris ensuite par son fils Jean II Albin Götz-Okocimski. Ce dernier fit construire, à la fin du 19e siècle, un palais de style néo-baroque néo-rococo, accompagné d’un parc et d’un théâtre d’été.

Le domaine historique des Götz, s’il est aujourd’hui considéré comme l’une des perles architecturales de la ville de Brzesko, tomba progressivement en ruine au cours du 20e siècle. Ses héritiers l’ont cédé récemment à Zbigniew et Wieslawa Urban, propriétaires de la station thermale de la mine de sel de Bochnia, à qui l’on doit cette idée de créer un spa à base de bière. L’idée en soi n’est pas nouvelle; on utilise la bière à des fins cosmétiques en Europe depuis le Moyen-Age. Mais c’est surtout à partir du 20e siècle que les cures de bière sont devenues populaires. Aujourd’hui, les sanatoriums les plus réputés pour leurs bains de bière se trouvent principalement en République tchèque, en Autriche et en Allemagne.

En Pologne, c’est la première fois qu’on envisage de recourir à la bière pour un usage externe. Z. et W. Urban ont l’intention, moyennant quelques dizaines de millions de zlotys, de transformer l’ancien palais en un hôtel cinq étoiles. Dans les souterrains du château se trouvera un centre de remise en forme moderne qui utilisera la bière comme principal agent thérapeutique. Les curistes pourront se relaxer dans des bains de cette boisson dorée. Les nouveaux propriétaires envisagent de recréer une mini brasserie, qui produira autant à des fins cosmétiques que gastronomiques. Ils ne doutent pas qu’une telle offre attirera de nombreux amateurs.

La bière, bienfait pour la santé et nouveau produit de luxe ?

De l’avis des cosmétologues, les bains de bière ont des vertus relaxantes. Ils chassent le stress et apaisent les esprits, favorisent le travail du cœur et réduisent la tension. Les vitamines B et les protéines contenues dans les levures de bière aident au renforcement du système immunitaire. Le recours à la bière régénère les cellules et rend la peau plus douce… Il aide également à soigner les infections à champignons. Une baignade en spa dure une vingtaine de minutes. Tout en se relaxant, on peut bien entendu déguster une petite chope…

Le prix d’un bain de bière dans les sous-sols du palais des Götz-Okocimski n’a pas encore été révélé par la future direction. En République tchèque et en Allemagne, une seule cure coûterait parfois plusieurs dizaines d’euros. Ainsi au centre Kummerower Hof, dans la ville allemande de Neuzelle, qui depuis dix ans offre la possibilité de se baigner dans un bassin rempli de bière, une baignade coûte en moyenne quarante euros. La bière est fournie par le producteur local, Klosterbrauerei Neuzelle. À Chodova Plana, en République tchèque, la brasserie Chodovar propose quant à elle une thérapie à la Lager brune pour la somme de quarante cinq euros.

Goûter aux vertus cosmétiques et sanitaires de la bière, en Pologne comme ailleurs, restera bien moins bon marché qu’une simple consommation dans un bar, et ne saurait devenir aussi populaire. En revanche, avec ce projet de spa installé dans un ancien palais, la boisson favorite des Polonais ne tenterait-elle pas de prendre quelque allure de produit de luxe ?

 

Par Amélie BONNET

Source principale : www.polskatimes.pl

0