Croatie: Les petites mains de la francophonie à Zagreb

Ce reportage photographique suit sur le terrain les lecteurs et lectrices de français de Zagreb. Il raconte leur vie quotidienne dans leurs fonctions, intégrée au système scolaire, avec leurs collègues et élèves croates. Ils sont les petites mains de la francophonie.


salle de classeLes lecteurs sont de jeunes Français, souvent diplômés de FLE (français langue étrangère), qui débutent leur vie professionnelle. C’est pour eux le choix d’une expérience d’expatriés. La plupart parlent différentes langues et vivent à l’étranger depuis plusieurs années, notamment dans les pays de l’Europe de l’Est. Ils sont issus d'une génération «européenne», mobile, hautement qualifiée et très ouverte.

La France, par le biais de son réseau d’ambassades, organise à travers la planète la promotion et la diffusion de la langue et de la culture française. Parmi toutes ses initiatives, l’enseignement de la langue est central. Celui-ci recouvre de multiples formes. D’après l’Organisation Internationale de la Francophonie, le français est la deuxième langue étrangère enseignée dans le monde. 56 États sont membres de l’Organisation. Parmi eux, la Croatie qui a intégré l'Union européenne le 1er juillet 2013. En Croatie, sept lecteurs et lectrices de français –dont cinq à Zagreb, la capitale– interviennent dans les établissements scolaires publics aux côtés des professeurs de français locaux.

En dehors du système scolaire croate, l’Alliance française œuvre elle aussi et l’Institut français organise des événements culturels. Il y a aussi une école française à Zagreb.

Toutes les photos ont été réalisées à Zagreb en février-mars 2013.


Photographie 1. Bénédicte a 28 ans, elle enseigne le français à Zagreb. Elle a en charge plus de 552 élèves, de 7 à 17 ans, répartis dans 30 classes, sur 8 établissements scolaires de la capitale. Elle va d’une école à l’autre, parfois trois différentes dans la même journée. Environ 2 % des élèves croates étudient le français. Les professeurs des écoles croates doivent le plus souvent utiliser leur propre papier pour photocopier les documents-supports nécessaires à leurs activités. Le rituel passe chaque matin par la boutique de photocopies.


Photographie 2. Un cours à l’Alliance française propose une autre approche aux adultes : « Le français par l’opéra ». Ce jour-là, la séance est dédiée à l’opéra-comique avec l’œuvre de François-André Danican Philidor. Les participants sont presque tous à la retraite. Tous sont des érudits et la passion de la connaissance les réunit, en français.


Photographie 3. Une classe d’école primaire à Zagreb. Les enfants chantent une chanson de bienvenue en français pour Jasna, l'enseignante de français qui travaille avec Bénédicte. Dans la classe se trouvent quatre adultes : la maîtresse, Jasna, Bénédicte et une auxiliaire spécialisée qui aide un enfant trisomique.


Photographie 4. Classe de CE1 à l'École Holjevac de Novi Zagreb. Dans cette école, où le primaire et le collège fonctionnent ensemble, Bénédicte prépare les élèves à l’examen de français international, le DELF, organisé dans 168 pays. 769 candidats se présentent à Zagreb pour la session 2013.


Photographie 5. À l’occasion de la sortie du film Astérix et Obélix en Grande-Bretagne, l’ambassade de France a organisé un concours national de dessin à l’attention des élèves apprenant le français dans les établissements scolaires croates. Le concours portait sur « la représentation des manières de s’habiller ». Il s’agissait d’imaginer les deux héros de bande dessinée changeant de costume dans les pays qu’ils visitent.

* Photographe
http://alexandremouthon.photoshelter.com

0