La côte bulgare : à l’étranger comme chez soi

Un proverbe russe dit que si « le poulet n’est pas un rapace, la Bulgarie n’est pas l’étranger ».


Drapeaux russes et bulgares à la station balnéaire d'AlbenaLes sables des plages de la Bulgarie ont toujours attiré les touristes russes. Sous l’URSS, des touristes privilégiés sous l’URSS: des membres éminents du Parti, des militaires aux grades élevés, des vedettes de cinéma. Il était de bon goût de surprendre ses compatriotes avec des bagatelles rapportées de Bulgarie : essence de roses, épices, services à thé colorés...

Aujourd’hui l’image de la Bulgarie a beaucoup changé. Les agences visent le citoyen ordinaire. « Passer vos vacances avec vos enfants ! » - crient les annonces publicitaires des agences touristiques. On propose en effet de fortes réductions pour les enfants, en comptant sur les familles nombreuses...et les retraités. L’argument de poids pour passer l’été en Bulgarie est en effet les prix bas. Une semaine tout compris coûte environ 300 euros. Et aujourd’hui encore, il est plus prestigieux de dire à la rentrée de septembre : « j’ai passé mes vacances en Bulgarie » que « j’étais en Crimée »...

 

 

Par Elena VASSIELEVA

Vignette : Drapeaux russes et bulgares à la station balnéaire d'Albena (© Assen SLIM)