Bosnie-Herzégovine : que les Bosniens parviennent à vivre ensemble

Le 4 mai 2021, le Haut Représentant (HR) de Bosnie-Herzégovine Valentin Inzko était l’invité de l’émission « Dan uživo » (Jour en direct) de la chaîne de télévision N1. Plus de douze ans après sa prise de fonction (le 1er mars 2009), la normalisation de la situation en Bosnie entre la Fédération croato-musulmane et la République serbe de Bosnie est toujours au cœur des préoccupations. Le diplomate a rappelé que, lors de la mise en place du bureau du HR, « tout le monde pensait que ce serait terminé en six mois » et que cette institution fermerait rapidement ses portes. La durée de la mission et la lenteur des avancées obtenues s’expliqueraient, selon lui, par le manque de soutien de l’Union européenne, qui ne lui a pas permis de mettre en œuvre les pouvoirs de Bonn (c’est-à-dire modifier la législation existante ou imposer de nouvelles lois, suspendre ou destituer des responsables politiques locaux...) Une nouvelle fois, V. Inzko a souligné le rôle néfaste joué certains dirigeants bosniens, et notamment par le président de la Présidence fédérale bosnienne Milorad Dodik, qui ont freiné la réconciliation nationale.

Son successeur, l’Allemand Christian Schmidt, pourrait bénéficier d’un contexte plus favorable. En effet, M. Dodik est l’objet de sanctions financières américaines depuis janvier 2021 et se retrouve également désormais dans le viseur de l’UE qui menace de mettre en place des sanctions contre lui et ses proches. L’Allemagne, en particulier, est de plus en plus irritée par le discours nationaliste récurrent employé par M. Dodik. Celui-ci semble d’ailleurs l’avoir compris et se montre moins véhément qu’avant, plus prudent.

Pour l’avenir, le HR garde espoir : les Bosniens des quatre religions ont, par le passé, vécu en paix. Si, aujourd’hui, « ils ne peuvent pas vivre ensemble en Bosnie-Herzégovine, alors l'Europe est impossible, et nous n'acceptons pas cela. Ce serait une défaite pour l'humanité ». Pour œuvrer au rapprochement, un long processus de réflexion est nécessaire, afin que les Bosniens prennent enfin conscience de ce qui s’est passé pendant la guerre.

V. Inzko devrait être remplacé par C. Schmidt en juillet ou en août 2021 ; la date exacte sera fixée par le Conseil de mise en œuvre de la paix.

Sources : Slobodna Bosna, Vijesti BH.

0