Bosnie-Herzégovine : rejet de la politique européenne d’accueil des réfugiés

L’exode de dizaines de milliers de migrants traversant les Balkans pour rejoindre l’Europe de l’Ouest a entraîné l’ouverture de six centres d’accueil pour réfugiés et migrants en Fédération de Bosnie-Herzégovine (entité bosnienne regroupant majoritairement des populations bosniaques et croates), principalement dans les cantons d’Una-Sana et de Sarajevo. La République serbe de Bosnie (RS) n’accueille pour l’heure aucune de ces structures, qui sont financées par les autorités locales, l’Union européenne, mais aussi – comme le camp de Lipa – par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Ces établissements accueillent notamment des Afghans, des Iraniens, des Irakiens et des Pakistanais. Cette présence étrangère a suscité des réactions parfois inamicales de la part des riverains et, surtout, l’hostilité des nationalistes serbes. Plusieurs associations serbes ont d’ailleurs manifesté contre le maintien de ces centres au cours des dernières années.

Bruxelles a depuis invité la Bosnie-Herzégovine, candidate à l’adhésion à l’UE depuis 2016, non seulement à accueillir des migrants sur son sol, mais également à les répartir sur l’ensemble de son territoire afin de favoriser leur intégration. Deux des trois membres de la présidence fédérale bosnienne ont immédiatement rejeté cette proposition : le 5 février 2021, Milorad Dodik a déclaré qu’en RS ,les centres pour migrants ne seraient pas autorisés et qu’il ne souhaitait pas qu’on renvoie des migrants en Bosnie-Herzégovine « parce qu'ils ne veulent pas y rester ». Pour Dragan Čović, il fallait avant tout respecter les lois bosniennes ; les migrants devaient donc être pris en charge sur la partie du territoire où ils étaient entrés et avaient été enregistrés et ils ne devaient pas être déplacés sur d’autres territoire de la Fédération. Les dirigeants bosno-serbe et bosno-croate, tous deux nationalistes, sont d’accord pour limiter l’entrée et l’installation de ces populations étrangères sur leur sol, un choix qui satisfait pleinement leur électorat.

Sources : Slobodna Bosna, Vijesti, Hayat, Europa.

1+