Bulgarie : un bureau de vote à Moissac pour les élections législatives?

Le 4 avril 2021, les électeurs bulgares choisiront une nouvelle assemblée nationale pour quatre ans. Jusqu’au 9 mars, les expatriés ont eu l’opportunité de s’enregistrer sur l’application en ligne disponible sur le site de la Commission électorale centrale (CIK), afin de demander, dès qu’ils avaient réuni au moins 60 inscriptions, l’organisation de bureaux de vote sur leur lieu de vie dans leur pays d’accueil.

Ce sont les Bulgares de Turquie qui se sont le plus mobilisés, permettant l’ouverture de 35 bureaux de vote dans ce pays (nombre maximum autorisé). Les Bulgares résidant dans l’UE se sont eux aussi investis dans cette procédure d’enregistrement, surtout au Royaume-Uni (plus de 16 000 électeurs inscrits, 35 bureaux de votes ouvrables), mais aussi en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Grèce, aux Pays-Bas et en France.

Dans l’Hexagone, 17 sections de vote devraient être ouvertes sous la surveillance d’observateurs désignés par la CIK dans les villes suivantes : Paris (2 bureaux), Toulouse, Nice, Lyon, Bordeaux, Thouars, Marseille, Montpellier, Rennes, Saint-Nazaire, Lille Grenoble, Nantes, Moissac, Ancenis et Strasbourg. Ces localités comptent parmi les principaux points d’ancrage des expatriés bulgares en France. Dans plusieurs d’entre elles, notamment Paris et Toulouse, une petite intelligentsia s’implique dans la vie démocratique et l’ouverture de sections de vote sur ces territoires n’étonne personne.

Mais, contre toute attente et pour la première fois, les saisonniers agricoles bulgares expatriés à Moissac se sont eux aussi fortement mobilisés pour faire ouvrir un bureau dans la cité uvale. En effet, 63 d’entre eux se sont enregistrés localement en tant qu’électeurs auprès de la CIK ; cette implication montre une évolution du civisme électoral de cette population, probablement influencée par le modèle du pays d’accueil et leur souhait de peser à Moissac lors de la prochaine élection municipale en 2026.

Cette mobilisation doit cependant beaucoup à l’investissement personnel de Dobri Kovachev. En effet, le président de l’association locale « O Amala » a sensibilisé, en quelques jours seulement, nombre de ses compatriotes moissagais à leur devoir électoral et les a informés de la possibilité qui leur était offerte de voter localement à l’occasion de ces élections législatives. Les expatriés doivent désormais organiser la tenue de ces élections avec le concours de l’ambassade de Bulgarie en France, qui va en informer la mairie de Moissac. À noter que les électeurs non encore inscrits pourront s’enregistrer sur place le jour du scrutin.

Sources : CIK, Glasuvam, CIReB, entretien avec des électeurs des communautés bulgares de Moissac et de Toulouse.

3+