Géorgie : vers une intensification des relations avec l’OTAN

Les 1er et 2 décembre 2020, le ministre géorgien des Affaires étrangères David Zalkaliani et le Secrétaire général de l’OTAN Jens Stolteneberg ont approuvé l’actualisation du paquet substantiel (SNGP) OTAN-Géorgie. Le SNGP comporte un ensemble de mesures stratégiques, opérationnelles et tactiques actées entre Tbilissi et l’Alliance lors du sommet du Pays de Galles de 2014. Début décembre, l’Alliance a confirmé sa politique de « porte ouverte » à l’égard de la Géorgie, ainsi que sa volonté de soutenir l’intégrité et la souveraineté territoriale de ce pays.

Le nouveau SNGP vise principalement à améliorer la sécurité de la mer Noire et la stabilité de la région, l’OTAN constatant notamment une remontée en puissance de la Flotte russe. Celle-ci s’est vue doter dernièrement de 8 sous-marins d’attaque à propulsion diesel, deux d’entre eux appartenant à la classe Improved Kilo-II (classe Varshavyanka, projet 636.3). Cette composante sous-marine est appuyée par trois frégates de classe Krivak IV (Amiraux Grigorovitch, Essen et Makarov ; projet 11356). S’y ajoutent trois patrouilleurs lance-missiles d’une longueur de 94 mètres (projet 22160) déployés entre 2018 et 2020, ainsi qu’un navire de renseignement (Ivan Khurs ; projet 18280). Cette flotte devrait recevoir, entre 2020 et 2022, les trois derniers patrouilleurs lance-missiles du projet 22160, ainsi que la frégate Amiral Gorshkov (projet 22350).

Le nouveau Paquet substantiel envisage également une amélioration et une sécurisation des canaux de communication militaire de la Géorgie, afin de les protéger d’éventuelles cyberattaques. Cet effort est suscité par l’appréhension géorgienne des menaces hybrides, qui incluent cyberattaques, désinformation et guerre économique, voire déploiement de forces régulières. Pour parer à ces nouvelles menaces, l’OTAN articule sa stratégie autour de la « préparation, la dissuasion et la défense ».

Grâce à l’actualisation du SNGP, cette interopérabilité devrait en outre désormais s’étendre au domaine militaro-médical. Ces évolutions s’inscrivent dans le cadre du projet OTAN 2030, qui vise à opérer une révision en profondeur du concept stratégique initialement défini par l’Alliance atlantique. Le détail de cette réforme devrait être présenté lors du sommet de 2021 à Bruxelles.

 

Sources : Georgia Today, OTAN, Ekho Kavkaza, TASS, kchf.ru.

0