Hongrie : le député européen Manfred Weber tacle Viktor Orbán

Manfred Weber, leader du PPE, a critiqué dans des termes particulièrement durs la politique du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, dans un article publié le 27 décembre 2020 par Welt am Sonntag. Le nationalisme, la division et la mise à mal de l’État de droit ne sont pas des réponses adéquates face aux défis auxquels sont aujourd’hui confrontées nos sociétés, selon le député européen : « Les immenses bouleversements économiques, sociaux et sociétaux ne peuvent être maîtrisés par une approche national-populiste ou une guerre culturelle », affirme M. Weber.

Le PPE a suspendu le parti de V. Orbán, le Fidesz, en novembre 2019, lui reprochant ses attaques contre la Commission européenne ainsi que contre l’État de droit en Hongrie. Depuis, le Fidesz ne peut plus assister aux réunions du PPE et ses droits de vote ont été suspendus.

L’article de M. Weber intervient une semaine après une attaque de V. Orbán, dans le même journal, assimilant l’UE au régime soviétique. Budapest venait alors de se voir mettre en infraction par la plus haute juridiction européenne du fait des entraves opposées aux migrants pour demander l’asile en Hongrie. Pour Manfred Weber, cette comparaison avec l’URSS équivaut à une tentative de destruction de cette Union européenne construite par les hommes politiques de la génération d’Helmut Kohl. Et de rappeler que l’UE n’est pas une « vache à lait » mais une communauté de destin et de valeurs : « Les valeurs concernent avant tout la dignité humaine, que vous soyez dans les régions dynamiques d’Europe ou dans un camp de réfugiés à Lesbos, que vous soyez chrétien, juif ou musulman. »

Le 17 décembre, le député européen hongrois Tamás Deutsch avait également critiqué le PPE, comparant le soutien exprimé par le parti aux règles européennes sur l’État de droit à un soutien aux régimes autoritaires du 20ème siècle et la rhétorique de M. Weber à celle de la gestapo. Le député s’était vu immédiatement rappeler à l’ordre.

Le Premier ministre hongrois a régulièrement reproché à Bruxelles de vouloir imposer l’accueil de migrants et argué de la nécessité d’empêcher les migrants du Moyen-Orient et d’Afrique d’entrer sur son territoire afin de préserver « le caractère chrétien de la culture hongroise ».

 

Sources : Welt am Sonntag, The Budapest Times, RFE/RL, Euronews.

1+