Kazahstan : l’importance de la fête de Norouz

Au Kazakhstan comme dans les autres pays qui se réfèrent au calendrier persan, le nouvel an se fête au printemps. Baptisé Norouz, cet événement a été officiellement rétabli après l'indépendance du Kazakhstan : dès le 15 mars 1991, par décret du Président de la RSS du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev, le 22 mars a été défini comme date officielle de la fête nationale de Norouz sur le territoire de la république. Une décennie plus tard, les festivités ont été élargies aux 21, 22 et 23 mars.

Norouz est la plus grande fête du calendrier religieux du zoroastrisme. Elle incarne non seulement les traditions des peuples iranophones d'Asie centrale, mais aussi les traditions des peuples nomades et semi-nomades. Fête lumineuse par excellence, Norouz marque l'équinoxe de printemps et le renouvellement de la nature. Au Kazakhstan, elle célèbre la fertilité, l'amitié et l'amour. Norouz s’inscrit dans une tradition très ancienne, antérieure à l'avènement de l'islam et puisant ses racines dans les croyances païennes, lorsque les anciens vouaient un culte profond à la nature. Le jour de Norouz, les gens s'habillent avec élégance et vont rendre visite à leurs proches.

Chaque année, Norouz fait la une des grands médias au Kazakhstan et se décline en un ensemble d’événements festifs et de rituels. Quelques jours avant la fête, chacun procède à un grand nettoyage de sa maison. Les Kazakhstanais croient que s’ils mangent suffisamment de Norouz koje pendant la fête, l'année à venir sera abondante et fertile. Cette soupe célèbre est préparée à partir de sept ingrédients : viande, eau, farine, huile, millet (qui peut être remplacé par du riz ou du maïs), sel et lait. Chaque composant du plat symbolise l'un des sept principes de la vie : la croissance, la chance, le bonheur, la richesse, la santé, la sagesse et le soutien céleste. On boit par ailleurs du kumys, boisson à base de lait de jument fermenté. Enfin, Norouz ne serait pas complète sans danses, chants et jeux.

Le respect particulier du peuple kazakhstanais pour cette fête est attesté par le fait qu'ils nomment fréquemment leurs enfants nés pendant ces jours fériés Norouzbaï ou Norouzbek (pour les garçons), et Norouzgoul ou Norouz (pour les filles).

Sources : Stan.kz, Tengriznews, Advantour.com.

3+