Le Kazakhstan et le Turkménistan auront-ils bientôt accès au golfe Persique ?

Par Hélène Rousselot (sources : Nezavissimaia Gazeta, Kursiv)

Le 2 décembre prochain, le président kazakh Noursoultan Nazarbaev se rendra en visite officielle au Turkménistan afin de s’entretenir avec son homologue turkmène des risques sécuritaires grandissants dans la région, dus au retrait des troupes américaines d’Afghanistan et aux menaces que fait peser Daech au Moyen Orient. Puis ils se rendront tous deux en Iran pour inaugurer la ligne de chemin de fer Ouzen (Kazakhstan)-Bereket (Turkménistan)-Gorgan (Iran) qui, à terme, pourrait atteindre le golfe Persique. Cette nouvelle ligne peut être aussi considérée comme la première portion d’une future voie entourant la mer Caspienne.

Ce projet de chemin de fer en direction du Golfe avait été lancé par un accord signé à Téhéran en 2007, lors d’un sommet des chefs d’Etat de la région de la mer Caspienne. Le tronçon Ouzen-Bereket-Gorgan, mis en exploitation au début de l’été 2013, s’étire sur 934 kilomètres dont la plus grande part traverse le Turkménistan. Le montant de ce projet s’élève à 430 millions de dollars dont 80% auraient été financés par le Kazakhstan.

Celui-ci pourra ainsi exporter des céréales vers le Moyen Orient. Ce qui pourrait contribuer à une diversification de son économie et à une diminution de sa dépendance à l’exploitation pétrolière. Réciproquement, l’Iran va avoir ainsi accès aux infrastructures de transport russes.

0