« Trente ans après la désintégration du CAEM : quels enseignements pour l’Europe aujourd’hui ? »

Conférence internationale

Date : Vendredi 28 mai 2021 - 09:00 - 18:00
Lieu : En visioconférence en français et anglais - Lien pour se connecter

Le Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE–Inalco), en partenariat avec les deux revues : Regard sur l’Est et Diploweb, vous invite à la Conférence internationale : "Trente ans après la désintégration du CAEM : quels enseignements pour l’Europe aujourd’hui ?"

Le 28 juin 1991, le Conseil d’Assistance Economique Mutuelle (CAEM) disparaissait, affectant profondément les relations entre les pays d’Europe de l’Est. Dans le contexte des transitions économiques et politiques des pays d’Europe centrale et orientale (1989), la désintégration du CAEM, puis les désintégrations nationales de l’URSS (décembre 1991), de la Tchécoslovaquie (1993) et de la Yougoslavie (à partir de 1991), n’ont pas seulement eu des répercussions sur les sociétés européennes dans leur ensemble, elles ont aussi affecté de nombreux champs disciplinaires des sciences sociales.
Trente ans après, alors que des crises incessantes traversent l’Union européenne (Brexit, volonté d’indépendance de la Catalogne, fragilités de la zone euro, crises de solidarité conséquentes à la crise de 2009, aux vagues migratoires à partir de 2015 et à la pandémie de Sars-Cov-2 de 2020, etc.) et que la désintégration de l’espace européen, encore inenvisageable il y a seulement une décennie, est évoquée comme possible par certains observateurs, que savons-nous de la désintégration d’institutions supra nationales ? Quelles approches permettent d’en rendre compte ? Quels en sont les mécanismes, les effets potentiels ? Des phénomènes historiques tels que la dissolution du CAEM ont-ils encore une pertinence pour l’analyse des crises d’aujourd’hui ? Quels nouveaux questionnements ont émergé trente ans après la désintégration du CAEM ?
L’objet de la conférence internationale organisée par le CREE est précisément de répondre à ces interrogations en misant sur un dialogue tant interdisciplinaire qu’Est-Ouest. Politistes, économistes, historiens et experts en littérature seront invités à échanger sur la manière dont les désintégrations survenues en Europe de l’Est au début de la décennie 1990 ont durablement (ou non) influencé leurs disciplines, leurs programmes de recherche, leurs méthodes.

 

CREE and Inalco invite you to the international conference : "Thirty years after the disintegration of the CMEA: what lessons for Europe today ?"

On June 28, 1991, the collapse of the Council for Mutual Economic Assistance (CMEA) deeply affected relations between the Eastern European Countries. In the context of the economic and political transformations of the countries since 1989, followed by disintegrations of the USSR (December 1991), Czechoslovakia (1993) and Yugoslavia (from 1991), have not only had repercussions on European societies as a whole, they also have affected many disciplinary fields of the Social Sciences.
Thirty years later, the European Union has been shaken by incessant crises (Brexit, the Catalonian independence movement, weaknesses of the euro zone, crises of solidarity from the crisis of 2009, the migratory waves of 2015, and the Sars-Cov-2 pandemic of 2020, etc.). The disintegration of the EU, still unthinkable only ten years ago, is considered as possible by some observers. But what do we know about the disintegration of supranational institutions? Are there theoretical approaches of disintegration? In which disciplinary fields? What are the mechanisms and the potential effects? Are historical phenomena such as the dissolution of the CMEA still relevant for the analysis of today's European crises? What are the new questions that have emerged thirty years after the disintegration of the CMEA?
The purpose of the international conference organized by CREE (INALCO) is precisely to address these questions through an interdisciplinary East-West dialogue. Political scientists, economists, historians, and experts in literature are invited to discuss how the disintegrations that occurred in Eastern Europe at the beginning of the 1990s have lasting influenced their disciplines, their research programs, their methods.

 

PROGRAMME

Langues d’intervention : français et anglais

  • Atelier 1 : English
  • Atelier 2 : English
  • Atelier 3 : français
  • Atelier 4 : français

Atelier 1 : Désintégration et transition politique (9:00 CET)
Workshop #1 : Disintegration and political transition (9:00am CET)

Moderator: Anna Cherner-Drieux (INALCO)
Ostap Kushnir, Three decades of European (dis-)integration: comparative visions from Poland, Ukraine and Belarus (presentation in English)
Abstract: The presentation will address the perspectives of the three biggest Central Eastern European post-communist states - Poland, Ukraine, and Belarus - on (dis-)integration. The first demonstrated "total break away" from the "failed" communist system and launched an ambitious "European integration" programme as early as 1989; the second performed a "hybrid break away" and continues struggling to combine communist legacies with democratic aspirations; the third had "no break away" as if communism disintegration never happened which allows the incumbent President Lukashenka to remain in power regardless of numerous protests.
The presentation will focus on outlining the dynamics/evolution of (dis-)integration processes and discourses during the last 30 years. For instance, Poland switched to "EU integration" in the 1990s and, as of today, nurtures the major European "disintegrative narratives": it compares Brussels to the communist Kremlin. In turn, Ukraine did not fully accept the crisis of the communist system in the 1990s and today is trying to catch up with its own "hybrid" idea of European integration. Finally, Belarus is yet to invent its vision and discourses of European integration.

Mikhail Minakov, Transition of the post-Communist Transition Concept (presentation in English)
Abstract: The presentation will address the perspectives of the three biggest Central Eastern European post-communist states - Poland, Ukraine, and Belarus - on (dis-)integration. The first demonstrated "total break away"
Abstract: Since the collapse of the Soviet Union in 1991, the people of its former republics have witnessed their return to unpredictable future. The Soviet vision of a preordained future has been replaced by a feeling of limitlessness of individual and collective endeavors. The new societies faced tectonic transformations, and they needed to normalize political competition, also through finding new conceptual dictionary. One of such dictionary’s concepts was Transition. Borrowed from postcolonial studies of 1970-80ies, this term was applied for de- and pre-scription of the post-Soviet social reality. In many ways, this concept defined scholarly and political/ideological visions of these transformations, and it heavily influenced state- and nation-building strategies in early 1990ies. In my report I shall analyze how these scholarly and ideological visions, on one side, and socio-political realities, on the other side, were changing in the recent thirty years. First, the concept of transition seemed to be just to what was happening in the newly independent states. Later, the concept of multidimensional transition was narrowed down to democratization, a less optimistic and more one-dimensional term. And then, in the second decade of 21st century the scholarly studies and social imagination of the post-Soviet development have lost their optimistic vocabulary. New forms of collective life took over the post-Soviet societies where neopatrimonialism, patronal networks, mafia-state, neo-imperialist politics, neo-Sovietism, neo-Nazism, and demodernization became as strong as the democratic tendencies. So, my report will focus on three stages of transition defined by three different nexuses of academic concepts and social reality — as applied the case of post-Soviet societies.

Atelier 2 : Après la désintégration, la réintégration à l’économie mondiale (11:00 CET)
Workshop #2 : After disintegration, reintegration into the global economy (11:00am CET)

Moderator: Pr. Xavier Richet (ICEE, Paris 3)
Saul Estrin, What lessons can economists learn from the transition thirty years later? (presentation in English)
 Abstract: This presentation will consider some the major things that were in retrospect ill-advised in terms of the policy given to the transition economies, and what we might learn from this experience. The discussion takes place in the context of the lacklustre economic performance of the transition economies in the past thirty years; in stark contrast to those economies that continued on the socialist track like China and Vietnam. In the light of this, perhaps advice concerning the ongoing economic influence of the state; the emphasis on free market decision-making and the critical role of private ownership  should have been more nuanced.

Wladimir Andreff: Multinational companies from transition economies and their outward foreign direct investment (presentation in English)
Abstract: After the disintegration of CMEA in June 1991, Multinational companies (MNCs) based in 26 post-communist transition economies (PTEs) emerged during the 1990s. Their outward foreign direct investment (OFDI) boomed dramatically from 2000 to 2007 in these countries, and then muddled through the financial crisis and great recession at difference paces on different paths. This difference is revealed in a sample of 15 PTEs for which data are available from 2000 to 2015. Most of these economies appear to be on the brink of moving from the second to the third stage of Dunning’s investment development path. The geographical distribution of their OFDI favors host countries located in other PTEs, developed market economies, and tax havens while their industrial structure is more concentrated on services rather than on manufacturing and the primary sector. PTE-based MNCs primarily adopt a strategy of market-seeking OFDI.
Déjeuner (13:00 CET)
Lunch (1pm CET)

Atelier 3 : Historiographie de l’après-désintégration (14:00 CET)
Workshop #3 : Post-disintegration historiography (2:00pm CET)

Moderatrice: Irina Gridan (CREE, Inalco)
Anne Madelain : La fin des démocraties populaires et la désintégration yougoslave, points opaques du récit sur l’Europe dans l’histoire scolaire française (présentation en français)
Résumé : Trois décennies après les faits, la fin des régimes communistes en Europe de l’Est et la désintégration violente de la Yougoslavie socialiste et non alignée sont des points opaques de la perception commune de l’Europe et du récit de la construction européenne.
Le traitement de ces événements dans l’histoire scolaire française entre prisme totalitaire et symbole des nouvelles conflictualités qui fragmentent les sociétés contemporaines sur des lignes ethno-nationales, est révélateur à la fois des débats historiographiques et des usages publics de l’histoire de l’Europe après 1989.

Agata Tatarenko : La politique mémorielle face au communisme en République tchèque et en Hongrie (1990-2020) : tentative de comparaison (intervention en français)
Résumé : Un élément important de la vie sociopolitique de l’Europe centrale après 1989 a été la construction de la mémoire collective de la période communiste. Néanmoins, dans les années 1990, les gouvernements des pays de l’Europe centrale ont pour la plupart adopté une attitude passive, en façonnant l’image d’une époque révolue, et en limitant leurs actions à une décommunisation symbolique (matérielle) et au contrôle des personnels pourvus de charges publiques. La construction d’une mémoire collective de la période communiste (et indirectement le jugement porté sur cette époque) a été laissée aux historiens et aux institutions culturelles. Cependant, cette approche des autorités politiques a évolué au cours des deux décennies suivantes, avec les changements du pouvoir, à l’exemple de la République tchèque et de la Hongrie. Dans ce dernier cas, l’arrivée au pouvoir de Victor Orbán a été suivie de mesures de plus en plus massives visant à contrôler les activités censées façonner la mémoire collective de société. Dans le même temps, dans d’autres pays de la région, le discours mémoriel n’a pas été dominé par une seule vision. En effet, le cas tchèque révèle l’existence d’une sorte de nébuleuse formée par des démarches dispersées, déployées par des acteurs divers tels que les musées (y compris privés), les ONG, les artistes etc. Ma communication examinera, dans une perspective comparée, les solutions adoptées par ces différents modèles mémoriels et leurs effets dans les sociétés tchèque et hongroise au cours des deux décennies qui ont suivi la chute des régimes communistes.

Atelier 4 : Les nouveaux défis de la littérature post-communiste (16:00 CET)
Workshop #4 : The new challenges of post-communist literature (4:00pm CET)

Modératrice: Kinga Callebat (Eur’ORBEM, Sorbonne Université - Paris IV)
Marie Vrinat-Nikolov : 1989-2021 : Trente ans plus tard, reconstruction d’un champ littéraire bulgare au sein de la « République mondiale des Lettres » (intervention en français)

Résumé : Lorsque Todor Jivkov tombe, le 10 novembre 1989, il entraîne dans sa chute un « modèle » économique, sociétal et culturel. Un champ littéraire doit donc se reconstituer au prix de transformations et de bouleversements profonds qui ont eu lieu principalement dans les années 1990, particulièrement riches, tant du point de vue de l’expérimentation de la langue et de ses possibilités poétiques, que des débats. Avec pour corollaires l’émergence de l’écriture des femmes, le « triomphe » du roman qui s’impose dans un système générique aux frontières perméables. Dans le contexte de globalisation, l’écrivain, qui a perdu le prestige dont il jouissait sous le communisme, est également confronté à un nouvel enjeu : comment retrouver/acquérir une légitimité au sein du champ littéraire national mais aussi (et surtout ?) international ?

Hélène Melat : Trente ans après la disparition de l’URSS, que nous dit le champ littéraire russe ? (intervention en français)
Résumé : À nouvelles frontières, nouvelle littérature ? C’est la question légitime que l’on peut se poser pour la Russie après les bouleversements géopolitiques qu’ont provoqués la chute du mur de Berlin et la disparition officielle de l’URSS en décembre 1991.
Trente ans après la réorganisation sociopolitique de l’espace russe, on peut dresser le bilan des mouvements qui ont agité la littérature dans les rapports qu’elle entretient avec la littérature soviétique – rupture, subversion, continuité – et avec les littératures des pays auxquels elle s’est ouverte grâce à l’abolition de la censure.
L’écrivain postsoviétique, quant à lui, est confronté à de multiples enjeux : conserver une utilité alors que la littérature a perdu de son prestige, affirmer son moi, gérer le lourd héritage du passé et assimiler un présent non moins problématique. Tout cela dans le cadre d’un nouveau marché éditorial.

Organisateur - organizer :
Assen Slim (CREE, Inalco)

244x78

0