Albanie : le Procureur général demande la transparence dans les enquêtes portant sur les délits électoraux

Le 25 avril, les électeurs albanais se sont rendus aux urnes afin de renouveler leurs 140 députés. Le Parti socialiste d’Albanie (PSSh) est arrivé en tête avec 48,7 % des votes.

Lulzim Basha et sa formation le Parti démocrate d’Albanie (PDSh), qui a obtenu 39,4 % des voix, a immédiatement accusé « la mafia d'Edi Rama » d’avoir acheté les élections par le biais de structures criminelles (achat de voix, intimidation des citoyens) et exige la reprise des élections dans neuf régions (Shkodra, Durrës, Tirana, Elbasan, Vlora, Fier, Berat, Gjirokastra et Korça).

Le Parquet a communiqué un premier bilan officiel des investigations en cours : il a reçu 125 signalements, dont 82 rapports émanant de formations ou mouvements politiques. Alors que 50 dossiers sont encore en cours de vérification, 38 de ces signalements ont d’ores et déjà donné lieu à l’ouverture de poursuites pénales, incriminant au moins 15 personnes, dont quatre ont été écrouées.

Le 12 mai, le Procureur général Olsian Çela a officiellement annoncé à la presse qu’il avait demandé aux procureurs de Durrës, mais également à tous les magistrats du Parquet des autres districts, de rendre publiques rapidement les enquêtes diligentées pour « crimes électoraux ». Le magistrat s’est exprimé en ces termes : « Il est important que l’enquête s'accompagne d’un processus transparent, afin que le public dispose d’informations complètes sur ce que fait l’accusation ».

Sources : ATA, Report TV, Balkan Web, Top Channel.

0