Bulgarie : nouvelles révélations embarrassantes pour le GERB

L’Assemblée nationale bulgare sera renouvelée le 4 avril 2021 et le GERB, formation politique du Premier ministre Boïko Borissov (centre droit), espère conserver le pouvoir. Mais les journalistes d’investigation Atanas Chobanov et Dimitar Stoïanov (Bureau for Investigative Reporting and Data) ont récemment fait des révélations troublantes sur l’un des membres du parti, Gueorgui Harizanov. Ils ont en effet divulgué que la petite entreprise Best Brands, appartenant à son épouse, paie un loyer d’à peine 416 levs (un peu plus de 200 euros, c’est-à-dire un montant cinq fois inférieur au prix du marché actuel), à son bailleur, la ville de Sofia. Le contrat de location a été signé en 2013 et reconduit depuis. Pour ce modique loyer, Best Brands loue une maison d’un étage d’une superficie de 150 m² située rue Metodi Kusevich dans le quartier de Krasna Polyana. Best Brands emploie une dizaine de personnes et son chiffre d’affaires annuel avoisine un million d’euros ; l’entreprise n’est pas dans le besoin, même si elle est très endettée (pour un montant de 750 000 euros en 2019).

Selon les journalistes, il n'y aurait pas d'explication justifiant que la ville de Sofia (dirigée par Yordanka Fandakova, GERB, depuis 2009) ait fait un tel geste à l’égard de la famille Harizanov. Ils font également remarquer que l’homme d’affaires et sa famille vivent actuellement dans un appartement de 100 mau sein d’un luxueux immeuble situé rue Hadji Dimitar dans le centre-ville de Sofia. Ici, leur bailleur est la société Fertitron Bulgaria, qui a appartenu à Nikola Damyanov, qui fut le stratège financier du groupe Varna TIM, une société fondée par d’anciens commandos de marine et dénoncée de longue date comme une des principales émanations du crime organisé bulgare.

Par le passé, A. Chobanov avait également révélé dans sa revue Bivolj que B. Borissov et son ancien partenaire Rumen Nikolov, dit Le Pasha, avaient cédé leur entreprise Theo international à Ivo Kamenov (un des membres les plus puissants de Varna TIM) au milieu des années 1990.

Dans le prolongement de ce long travail d’investigation, les dernières révélations, très embarrassantes pour le pouvoir en place, surviennent après une année 2020 marquée par une forte contestation populaire, mue par la demande du départ des « Moutris » (terme qui sert à désigner les membres de la criminalité organisée).

G. Harizanov a justifié son relogement de Krasna Polyana à son nouveau domicile rue Hadji Dimitar par les agressions dont il aurait récemment fait l’objet et le stress en découlant pour sa famille. Il a également nié être proche de N. Damyanov.

Sources : Bureau for Investigative Reporting and Data, Mediapool, E-Vestnik, Bivolj.

0