Fermeture contrainte de la section électorale bulgare de Moissac

Le 4 avril 2021, les Bulgares se sont rendus aux urnes pour réélire les membres de leur Assemblée nationale. Ce scrutin, le premier dans un contexte de pandémie, s’est déroulé dans les sections de vote ouvertes à la fois en Bulgarie (12 640 bureaux) et à l’étrangers (372). Le GERB (parti au pouvoir) est arrivé en tête (25,7 %), suivi par « Il y a un tel peuple » du chanteur Slavi Trifonov (18,3 %), le Parti socialiste bulgare (14,9 %) et Bulgarie démocratique (10,3 %).

L’un des principaux faits marquants de ce scrutin fut sans nul doute la forte mobilisation des Bulgares de l’étranger qui, pour la plupart, ont exprimé leur opposition au gouvernement Borissov (GERB). Jusqu’au 9 mars, 85 756 expatriés s’étaient enregistrés auprès de la Commission centrale électorale (CIK), contre seulement un peu plus de 45 000 lors des dernières échéances électorales. Le vote des expatriés fut particulièrement important en Grande-Bretagne, en Turquie, en Allemagne et aux États-Unis, majoritairement en faveur de S. Trifonov.

En France, l’une des belles surprises fut la mobilisation des expatriés dans la ville de Moissac, permettant l’ouverture d’une section de vote locale. Le maire ayant décidé de ne pas les aider dans leur projet, il se sont fait prêter par un de leurs compatriotes une salle de restaurant afin d’y installer le bureau de vote. Un protocole sanitaire strict a été mis en place par les expatriés pour encadrer l’accueil des électeurs. Mais, malgré tous ces efforts, le scrutin n’a pas pu se tenir en raison non seulement de l’opposition du maire, mais également de l’arrêté pris par la Préfecture, qui a interdit la tenue des élections à Moissac en raison du risque sanitaire. La raison invoquée n’a pas convaincu la communauté expatriée, alors que seule la section de vote de Moissac a été empêchée, bien que le virus circule activement dans la plupart des villes qui ont accueilli les 17 autres bureaux de vote en France.

L’ambassade de Bulgarie à Paris a également demandé des explications au Quai d’Orsay sur l’arrêté visant spécifiquement ce bureau de vote. La décision préfectorale a privé a minima des centaines d’électeurs de leur droit de vote, ces saisonniers ne disposant souvent pas des ressources suffisantes pour se déplacer auprès de la section de Toulouse. De plus, plusieurs expatriés ont fait le déplacement depuis les départements voisins pour trouver porte close.

Les médias bulgares se sont également fait écho de ce fait divers, soulignant qu’à Moissac les ressortissants bulgares sont devenus la cible privilégiée d’un maire d’extrême droite. Cette médiatisation a contribué à rendre sympathiques en Bulgarie ces « irréductibles Bulgares » qui se battent pour la défense de leurs droits.

Sources : Monitor, BGNES, Mediapool, CIReB, entretiens avec des membres de la commission électorale bulgare.

5+