Russie : Nord Stream 2 objet de harcèlement maritime et aérien

La compagnie Nord Stream 2 dénonce un harcèlement par voies aérienne et maritime sur le chantier toujours en cours de pose du gazoduc si controversé qui doit relier la Russie à l’Allemagne. D’après l’opérateur Nord Stream 2 AG, le navire qui poursuit les travaux en mer Baltique, dans la zone économique exclusive danoise et à proximité de l’île de Bornholm, subit des « provocations » venant de navires, sous-marins et même avions militaires et civils, dont certains battant pavillon polonais.

Ils auraient pour visée de retarder encore un peu plus l’avancée des travaux, sachant qu’il ne reste actuellement que 121 km de tube à installer au fond de la mer, soit 5 % du tube. D’après Nord Stream 2 AG, la totalité des travaux pourrait être achevée d’ici septembre 2021 mais cette mise en danger deviendrait problématique.

Pour le directeur de la filiale de Kingisepp de la compagnie, Andreï Minine, ces entraves tout à fait organisées et planifiées sont une première dans l’histoire du gazoduc. Et de citer le cas d’un sous-marin non identifié qui, le 28 mars, aurait fait surface à moins d’un mille nautique dans la zone de sécurité du navire de pose Fortuna (sachant que la norme d’exclusion temporaire pendant les travaux est de 1,5 mille). Les lignes d’ancrage du Fortuna étant situées à plus d’un mille de distance de la barge, l’action du sous-marin aurait pu désactiver l’ensemble du système de positionnement d’ancre.

Puis, le 29 mars, un navire de guerre de la marine polonaise aurait effectué des manœuvres autour du Fortuna, amenant le navire de soutien Rescuer Karev à se dérouter pour l’accompagner. Par ailleurs, toujours selon A. Minine, depuis la mi-mars, les survols à basse altitude du Fortuna par des avions étrangers, notamment polonais, se seraient multipliés. Enfin, le 22 février, un navire de pêche polonais serait entré dans la zone des travaux, sans qu’aucune tentative d’entrer en contact avec lui ne réussisse, provoquant un incident avec le navire de ravitaillement Vladislav Strijev.

Ce ne sont que quelques-uns des comportements dangereux dénoncés par Nord Stream 2 AG qui juge ces comportements inacceptables.

Sources : Kommersant, Interfax.

2+