Estonie / Lituanie : le parti d’extrême droite EKRE fait encore des siennes

Pour Mart Helme, ex-ministre estonien de l’Intérieur et membre du parti d’extrême droite EKRE, et son fils Martin Helme, actuel ministre des Finances et leader du Parti, les élections législatives qui se sont déroulées en octobre dernier en Lituanie auraient été influencées par l’« État profond ». C’est ce qu’ils ont déclaré lors d’une émission sur la station Tre Raadio le 3 janvier 2021.

La réponse de Vilnius n’a pas tardé : le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis a noté, via les réseaux sociaux, que si « la confiance dans la démocratie et le bon sens » avaient aidé les deux pays à devenir plus forts et plus proches, aujourd’hui « votre foi en notre démocratie nous aidera à croire en votre bon sens ».

Le ministre Martin Helme s’est mollement défendu, blâmant les médias pour de prétendues « fake news » et soulignant que le cas de la Lituanie avait été brièvement évoqué lors de l’émission, sur le thème de l’influence des médias, mais qu’il n’avait pas évoqué des fraudes électorales.

Son père, Mart Helme, avait déclaré en novembre dernier lors de la même émission radiophonique que les élections américaines avaient été truquées, affirmation qui avait conduit à sa démission.

Peu à l’aise, le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Reinsalu a fait savoir, lui aussi sur les réseaux sociaux, qu’il avait demandé à M. Helme de clarifier sa déclaration afin d’éviter tout malentendu. Mais les réactions du gouvernement estonien sont restées assez discrètes.

En revanche, ce nouvel esclandre a fait des vagues au sein même d’EKRE : le responsable de la section d’un arrondissement de Tallinn, Georg Kirsberg, a ainsi estimé que ces « absurdités sur les fraudes électorales [étaient] allées trop loin » et finiraient par contribuer à ce que les membres d’EKRE « soient étiquetés comme des adeptes du platisme ou des reptiliens : la popularité du parti commence à en souffrir ! »

Pour mémoire, les élections législatives qui se sont tenues en octobre 2020 en Lituanie ont mené au pouvoir une coalition de trois partis centristes. Aucune fraude particulière n’a été constatée lors du scrutin.

Sources : Postimees, ERR.ee, LRT.lt.

0